Gestion privée – Caisse d’Epargne Gestion privée – Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
À Lire - Bourse
2 min
47 avis

Faire soi-même ou déléguer : à chaque implication son mode de gestion

L’investissement sur les marchés financiers nécessite d’effectuer une sélection d’actifs selon de multiples facteurs, dont on n’a pas toujours l’absolue maîtrise. C’est l’une des raisons pour lesquelles s’appuyer sur un expert peut s’avérer utile. Son rôle sera de vous aider à faire des choix selon votre stratégie patrimoniale, tout en tenant compte de votre profil et de vos compétences financières.

« Que ce soit à travers un PEA (plan d’épargne en actions), un compte-titres ordinaire, un contrat de capitalisation ou un contrat d’assurance vie, il est important d’avoir un horizon d’investissement à moyen ou long terme. Le mécanisme des versements programmés ou réguliers constitue un atout indéniable pour lisser les points d’entrée au niveau des marchés » précise Patrick Chamouton, Responsable de l’Animation du Marché Premium à la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté. Vous pouvez dans les deux cas choisir votre degré d’implication : gérer vous-même votre portefeuille ou en déléguer la gestion, partiellement ou totalement.

1. Un mode de gestion qui vous correspond

La gestion déléguée, formule la plus complète pour l’investisseur particulier :
• vous définissez avec votre chargé d’affaires Gestion Privée, à travers un parcours client personnalisé, le profil de gestion qui convient le mieux à votre situation (sensibilité au risque, objectifs de rentabilité, compétences financières, horizon de placement) et au véhicule d’investissement retenu (PEA, CTO, assurance vie, …) ;
• le portefeuille est ensuite confié à un gérant professionnel qui prend pour vous les décisions de gestion qu’il estime opportunes en fonction des orientations choisies et des fluctuations du marché.

La gestion dite autonome ou libre, si vous disposez à la fois du temps et des connaissances financières nécessaires :
• vous définissez seul votre stratégie ;
• vous décidez vous-même des opérations à réaliser sur votre portefeuille et les passez en direct. Selon les contrats, il vous est possible de souscrire à des options d’arbitrage automatique, par exemple la sécurisation des plus-values.

2. Un accompagnement pour orienter les placements

« Concernant les contrats d’assurance vie, de plus en plus de clients souhaitent diversifier leurs avoirs, explique Patrick Chamouton. Notre démarche est de les aider au maximum à construire un contrat qui réponde à leurs aspirations. » Il s’agit :
• de fixer la répartition entre supports en euros et en unités de compte, selon le profil de risque du client ;
• de faire preuve de pédagogie en présentant au client les différentes classes d’actifs (titres vifs, OPC, SCPI, etc.) qui composeront les unités de compte. Le fonctionnement de ces unités de compte doit être maîtrisé par le client.
La délégation de gestion intègre différents profils de gestion (risque équilibré à risque très élevé), qui peuvent évoluer au cours du temps selon la situation de l’investisseur.

Une gamme de fonds dédiée à la clientèle Gestion Privée et Banque Privée
Si vous souhaitez gérez librement votre épargne, sachez que les fonds sont sélectionnés de manière rigoureuse parmi les sociétés de gestion partenaires de la Caisse d’Epargne (VEGA Investment Managers, Natixis Investment Managers International). Ils sont répertoriés par classe d’actifs, zone géographique et profil de risque.
Si vous optez pour la gestion déléguée, le comité d’allocation d’actifs de VEGA IM rassemble chaque semaine tous les gérants des différents pôles d’expertises (gérants spécialisés : allocataires, actions, taux, et gérants sous mandat) afin de confronter les perspectives d’évolution des marchés financiers pour élaborer un scénario boursier, basé sur un ensemble de données internationales, puis d’implémenter les décisions dans les portefeuilles. Les gérants attribuent une pondération à chaque classe d’actifs, à chaque zone géographique et pour chaque devise. Les décisions sont ensuite déclinées pour chaque profil avec une grille d’allocation modèle associée.

Investir sur un plan d’épargne en actions1, un compte-titres ordinaire, un contrat de capitalisation ou un contrat d’assurance vie vous expose à un risque de perte en capital. Cette exposition varie en fonction des supports sélectionnés. Parlez-en à votre conseiller.

(1) Le PEA ne peut recevoir que des actions européennes ou des fonds investis majoritairement en euros. Il permet de profiter du potentiel de performance des marchés financiers en contrepartie d’une certaine prise de risque. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis. Le PEA offre un cadre fiscal avantageux, avec une imposition des plus-values limitée aux seuls prélèvements sociaux (17,20 % à ce jour).

Rédaction achevée au 21/06/2021, sous réserve d’évolutions de l’actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES