Gestion Privée Caisse d’Epargne Gestion Privée Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
À Lire - Bourse
285 avis

L’œil sur les marchés financiers : juin 2019

Contexte économique, évolution des indices… Nos experts font le point sur les marchés financiers. Ce qu’il faut retenir au mois de juin 2019.

Macro économie

Zone euro
D’après les indices PMI définitifs, l’activité en zone euro a légèrement progressé en mai (51.8 contre 51.5 en avril). La contraction de l’activité industrielle s’est encore accentuée mais elle a été compensée par la croissance du secteur des services.
Tout aussi préoccupant pour la BCE, les premières estimations de l’inflation font ressortir une évolution des prix de détail à 1.2 % annualisé en mai contre 1.7 % en avril. Le taux de chômage, quant à lui, est tombé à 7.6 %, son plus bas niveau depuis 10 ans.
Enfin, Eurostat a confirmé la croissance du PIB à 0.4 % sur les trois premiers mois de l’année, soit 1.2 % sur un an.

États-Unis
Si les chiffres publiés par le département du travail font ressortir une forte baisse des créations d’emplois en mai, le taux de chômage calculé indépendamment est resté stable à 3.6 % le mois dernier. Pour autant, en mai, d’après l’Institute for Supply Management (ISM), même si la croissance de l’activité a décéléré dans l’industrie, les indices ISM manufacturier et des services (respectivement 52.1 et 56.9) indiquent toujours une expansion de l’activité aux Etats-Unis. Enfin, le déficit de la balance commerciale américaine a baissé de 2.1 % à 50.8 milliards de dollars en avril. Il n’en demeure pas moins que la balance des échanges de biens avec la Chine a bondi de 29.7 % à 26.9 milliards de dollars.

Chine
L’activité a évolué à un rythme modéré en mai. L’indice PMI manufacturier s’est stabilisé à 50.2 en mai alors que l’indice PMI des services est tombé à 52.7 le mois dernier (contre 54.5 en avril). Globalement, l’activité reste en phase d’expansion mais souffre du ralentissement des exportations.

Marchés financiers

Taux
Sans surprise, la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée et annoncé qu’elle maintiendra ses taux à leurs niveaux actuels au moins jusqu’au premier semestre 2020. L’institution a également précisé les modalités techniques du prochain plan de refinancement de l’économie (TLTRO III) qui débutera en septembre.
Cette réunion de la BCE a entrainé une détente des taux longs européens, en particulier en Italie où des signes d’apaisement au sein de la coalition ont profité au marché obligataire.
Aux Etats-Unis, Jerome Powell (président de la Fed) a déclaré dans un discours qu’il suivait l’impact des tensions commerciales réapparues depuis la dernière réunion de politique monétaire et qu’il réagirait si nécessaire.

Actions
Les investisseurs se sont focalisés sur la politique monétaire des banques centrales et plus particulièrement sur l’espoir d’au moins une baisse des taux aux Etats-Unis avant la fin de l’année.
Ni l’escalade des menaces entre la Chine et les Etats-Unis, ni les enquêtes antitrust annoncées par les autorités américaines de la concurrence contre les géants de l’internet, ni même la médiocrité des statistiques macroéconomiques n’auront entamé l’optimisme des investisseurs.

Rédaction achevée au 10/06/2019 par Natixis, sous réserve d’évolutions de l’actualité économique et financière, ainsi que des dispositions fiscales, juridiques et réglementaires.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES