Gestion privée – Caisse d’Epargne Gestion privée – Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
À Lire - Mécénat
2 min
104 avis

Je jure solennellement…

Où l’on rencontre un compositeur qui n’est pas pressé.

Nous sommes en 1818. Ludwig van Beethoven est bientôt cinquantenaire… et déjà presque totalement sourd ! Au point qu’il doit utiliser des cahiers pour communiquer. Malgré ce lourd handicap, il continue de composer. Et cela tombe bien, car il vient d’apprendre une bonne nouvelle.

Son ancien élève et mécène Rodolphe d’Autriche a été nommé archevêque d’Olmütz (aujourd’hui en République tchèque). Beethoven se lance alors dans une nouvelle œuvre pour l’intronisation de son ami, qui aura lieu début 1820.

« Le jour où une messe solennelle composée par moi sera célébrée en l’honneur de votre investiture deviendra le plus beau jour de ma vie. Dieu illuminera mon modeste talent pour glorifier ce jour solennel… », écrit-il à Rodolphe d’Autriche en toute (fausse) modestie.

Oui, mais voilà… Le temps passe, et l’œuvre n’avance pas. En plus de sa surdité qui s’aggrave, Beethoven est régulièrement malade et il doit également batailler pour obtenir, suite à la mort de son frère, la garde de son turbulent neveu.

Et bien entendu, il n’est pas question de proposer une messe au rabais. Bien au contraire, Beethoven a pour ambition de composer une œuvre monumentale. Un orchestre au grand complet, un chœur ainsi que des solistes : le travail est colossal !

Ce n’est donc qu’en 1823 qu’il achève enfin cette Missa solemnis et la fait parvenir au patient archevêque. Et elle ne sera jouée intégralement qu’en 1830, après la mort de Beethoven… qui la considérait comme sa « plus grande œuvre » !

Pour écouter le résultat de tant d’années d’efforts, direction Poitiers, le 8 décembre prochain. L’Orchestre des Champs-Élysées et les chanteuses et chanteurs du Collegium Vocale Gent, dirigés par Philippe Herreweghe, y joueront la Missa solemnis du génial Beethoven. Un concert soutenu par la Caisse d’Epargne et Radio Classique.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES