Gestion privée – Caisse d’Epargne Gestion privée – Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
NOS ARTICLES CONSEILS - mécénat
2 min
1 avis

Le son d’une génération

Où l’on tourne en boucle sans se lasser.

11 août 1973, Sedgwick Avenue dans le Bronx. Pendant une soirée organisée par les jeunes de ce quartier new-yorkais, les danseurs sont surexcités : ce que fait le DJ est complètement inédit ! A l’époque, DJ Kool Herc est tout juste âgé de 18 ans, mais il vient d’initier une petite révolution.
Au lieu de lancer un disque puis un autre, ce jeune prodige des platines a l’idée de ne passer en boucle que des moments bien précis, les breaks, pile quand on entend les percussions. Il passe d’un disque à l’autre sans interruption et obtient une longue séquence particulièrement rythmée, qui enflamme la piste de danse. Le break beat est né !
Pendant qu’il joue ces breaks, DJ Kool Herc pousse certains danseurs ou danseuses à montrer leurs mouvements. Bientôt, ceux-ci sont surnommés « break-boys » et « break-girls », puis « B-boys » et « B-girls ». S’inscrivant dans la tendance plus large du hip-hop, ces danseurs forment des crews (bandes) qui s’affrontent en musique. Ce sont de véritables battles (batailles) !
Lors de ces soirées, les danseurs dansent en groupe avant de s’avancer individuellement devant les autres. Le danseur commence alors par danser debout, effectuant des mouvements de jambes rapides et saccadés, avant de passer au sol pour effectuer des figures toujours plus acrobatiques.
Pour impressionner leurs adversaires, les breakers rivalisent de créativité : ils et elles tournent sur leur tête, exécutent des mouvements de pieds compliqués, s’immobilisent dans des positions difficiles à tenir… Le but est d’en mettre plein les yeux !
Devenu un véritable mode de vie au sein des communautés afro-américaines du Bronx, le breaking dépasse rapidement l’échelle de New York, puis des États-Unis puisqu’il conquiert l’Europe dans les années 1980. Et en 2024, cette danse franchit une nouvelle frontière : elle est intégrée aux disciplines olympiques lors des Jeux de Paris.

Pour la première fois, le breaking fera son entrée aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 ! Une sacrée évolution depuis ses débuts explosifs dans le Bronx des années 1970. Caisse d’Epargne, avec son Pacte Utile, célèbre cette avancée en soutenant dans leur préparation aux Jeux quatre athlètes de talent : Carlota Dudek, Lucas Pereira, Kimie Alvarez et Marlone Alvarez. Préparez-vous à vibrer devant ce spectacle électrisant où passion et performance se rencontrent sur la scène mondiale !

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES