Gestion privée – Caisse d’Epargne Gestion privée – Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
À Lire - Mécénat
2 min
3 avis

Je touche du bois

Où l’on découvre un violon qui vaut de l’or.

New York, 9 juin 2022. Une vente aux enchères est sur le point de s’achever chez Tarisio, maison spécialisée dans les instruments de prestige. Reste un dernier lot à adjuger, et non des moindres. Il s’agit d’un violon du célèbre luthier italien Antonio Stradivari. Huit millions, neuf millions, dix millions… Lorsque le marteau tombe enfin, le violon a atteint plus de quinze millions de dollars ! Mais pourquoi les collectionneurs recherchent-ils tellement ces instruments ?

Fabriqués au début du 18e siècle, les « Stradivarius » sont, encore aujourd’hui, reconnus par beaucoup de spécialistes comme étant les meilleurs violons au monde, en raison de leur sonorité incomparable. Tant et si bien que des scientifiques se sont penchés sur ces instruments pour tenter de percer à jour leur secret. Et si l’origine de leur sonorité prodigieuse était liée… au climat ?

L’idée est moins saugrenue qu’elle n’en a l’air ! Regardons de plus près le bois utilisé par Stradivari pour fabriquer ses précieux instruments. Il proviendrait d’arbres qui auraient poussé durant une période particulièrement froide de notre Histoire, que les scientifiques appellent le « petit âge glaciaire ». Cela s’observe dans les cernes des arbres – ces anneaux concentriques qui marquent la croissance d’un arbre et qui permettent de connaître son âge.
Plus le climat est rude, plus la croissance des arbres est lente et plus les cernes sont rapprochés. Le bois est alors plus dense et gagne en qualité !

Le maître italien l’avait bien compris en sélectionnant les meilleures essences pour ses instruments. Bien sûr, la qualité du bois ne fait pas tout ! Ce sont aussi la technique et le savoir-faire d’Antonio Stradivari qui ont donné toute leur magie à ses instruments, dont les musiciens raffolent toujours… tout comme les collectionneurs !

Sans aller jusqu’à dépenser quinze millions de dollars, acquérir un instrument de qualité est un luxe qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Pour soutenir les musiciens en début de carrière, les Caisses d’Epargne financent donc la fabrication de violoncelles d’exception par les meilleurs luthiers français. Ces instruments sont ensuite confiés par l’association Talents & Violonc’elles à de jeunes talents pour leur permettre de jouer sur des instruments à la mesure de leurs ambitions ! A ce jour, onze violoncelles ont été fabriqués grâce aux Caisses d’Epargne et se transmettent entre jeunes violoncellistes.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES