Gestion privée – Caisse d’Epargne Gestion privée – Caisse d’Epargne Rendez-vous ?

Le magazine en ligne de la Gestion Privée Caisse d’Epargne pour vous guider dans vos projets patrimoniaux.

Rendez-vous ?
À Lire - Mécénat
2 min
153 avis

La suite ! La suite !

Où l'on attend longtemps son autre moitié.

1865, Vienne. Un chef d’orchestre dirige une symphonie inédite face à un public ébahi. En quelques notes, la salle a immédiatement reconnu la patte de l’illustre compositeur Franz Schubert. Pourtant, ce dernier est décédé près de quarante ans plus tôt… Mais d’où sort donc cette œuvre jamais jouée de son vivant ?

Pour mieux comprendre ce mystère, il faut revenir en 1823. Cette année-là, Schubert est récompensé d’un titre honorifique très prestigieux, et promet une symphonie en remerciement. À cette même époque, les lettres des frères Hüttenbrenner, impliqués dans la nomination de Schubert, laissent penser que la fameuse partition promise est en leur possession. Proches du musicien, il la leur aurait envoyée en guise de remerciement ! Seulement, elle n’est achevée qu’à moitié. Ils la conservent donc patiemment sous scellé.

Malheureusement, les deux compères n’en verront jamais la seconde partie ! En effet, au début des années 1820, Schubert débute de nombreux travaux, sans pour autant les finir. Manque de temps ? Ou bien de motivation… Car c’est également à cette même période qu’il apprend qu’il est atteint de la syphilis. En plus des douleurs liées à la maladie, le musicien a alors le moral au plus bas : ses jours sont comptés. Il ne vivra que six petites années supplémentaires et mourra le 19 novembre 1828.

Après sa mort, la symphonie, elle, semble oubliée au fond d’un tiroir. Jusqu’à la fameuse année 1865 ! L’un des frères propose la partition inédite au grand chef d’orchestre Johann von Herbeck. Ni une ni deux, ce dernier décide de compléter l’œuvre afin de la jouer l’année même. Le succès est au rendez-vous, et depuis, la Symphonie inachevée de Schubert est l’un des chefs-d’œuvre les plus admirés de la musique classique.

Sans reconnaissance ou soutien, la Symphonie inachevée de Schubert n’aurait peut-être jamais vu le jour… ou été retrouvée. Et ça, la Caisse d’Epargne l’a bien en tête ! C’est pourquoi elle s’évertue depuis des années, à travers ses actions de mécénat, à encourager et faire découvrir ou redécouvrir les merveilles musicales d’hier et d’aujourd’hui.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Vous avez noté cet article.

ARTICLES SIMILAIRES